31 août 2006

Se faire virer... par email!

C'est bien beau les affaires électroniques, mais il ne faut pas exagérer! Radio Shack aux USA a renvoyé des employés en leur envoyant un email...

« La réduction de nos effectifs est présentement en cours. Malheureusement, votre poste a été aboli »

Apparament que les employés étaient avertis d'avance... Même à ça, il me semble que ça ne se fait pas que de renvoyer quelqu'un par email! J'imagine l'effet sur les employés à chaque fois qu'il ouvre leur email...

Via Branchez-Vous

30 août 2006

Manuel pour cybercommerçant autodidacte & débrouillard

Quoi de plus plaisant que de découvrir le chemin emprunté par celui qui a eu du succès?

Patrice, le fondateur de LaFraise.com, nous fait part de son aventure comme entrepreneur. Je ne peux qu'être d'accord avec tout ce qu'il dit! C'est un must à lire pour tous les web entrepreneurs, établis ou en devenir. C'est définitivement un modèle à suivre et une inspiration pour nous tous, web entrepreneurs et futurs millionnaires paresseux.

En gros, il voulait créer quelque chose. Il avait des contraintes et à cherché une idée en fonction de celles-ci. Mais le plus important: Il a foncé. Il l'a fait. Il a agit. Il est allé au bout de son idée. Il a risqué. Il a essayé... vous pigez?

Lire le manuel

RSS : Beau, bon et inutile?

La technologie RSS (Really Simple Syndication), si chère au web 2.0, sans laquelle la diffusion de contenu ne serait possible serait-elle un gros flop?

Étant quelqu’un qui n’utilise pas trop RSS pour consommer des nouvelles, j’aurais tendance à répondre oui, mais j’hésitais car on voit le petit logo orange partout. D’ailleurs, je diffuse de l’information grâce à ce medium. Et selon les statistiques, mes fils RSS sont lus.

Voilà pourtant une étude qui donnera une douche froide au buzz entourant cette technologie que j’ai trouvé sur Dead 2.0. Saviez-vous que seulement 2% des employés américains utilisent RSS? 9% savent ce que c’est et 88% en n’ont aucune idée?




C’est tout de même étonnant pour une technologie si vielle (1999). On aurait pu croire à une plus grosse utilisation que 2%.

Pour ma part, bien que je reconnaisse l’intérêt du RSS en permettant de diffuser son contenu, je trouve que ceci a le lourd inconvénient de diminuer le trafic sur les sites web. Lorsque mes lecteurs lient mes billets sur Netvibes ou autres lecteurs RSS, ceux-ci ne viennent pas sur mon site, ne commentent pas, ne cliquent pas sur les pubs, etc, etc. Dans ce cas, je trouvais la diffusion par mailing list plus efficace. Mais le spam a fortement diminué cette façon de faire…

29 août 2006

Le top des entrepreneurs technos de moins de 30 ans

Quoi de plus inspirant que des jeunes entrepreneurs qui réussissent?

En voilà quelques exemples qui ont réussis et qui font figure de leader dans leur domaine. En regardant bien les cas, on remarque le capital incroyable qu'ils ont réussis à amasser. On ne parle pas de peanuts...

En bonus, c'est entrepreneurs nous donnent des conseils pour se lancer et/ou réussir!

Lire l'article « Under 30, on the Cutting Edge »

81 % des internautes français sont des cyberconsommateurs

une étude de CIMS-BVA dont le Journal du Net fait mention, nous apprend que 81 % des internautes français sont des cyberconsommateurs. 60 % d’entre eux réalisent au moins 7 types d’opérations différentes en ligne : les achats, la consultation d’informations relatives à l’actualité, la messagerie instantanée, les consultations et opérations bancaires, l’échange de photos, le téléchargement de logiciels et l’écoute de la radio en ligne. 40 % des acheteurs dépensent un budget annuel moyen supérieur ou égal à 500 euros.

500 euros... 16 902 124 internautes français dont 3 245 207 dépensent 500 euros ou plus par année... Ça fait un gâteau de 1 622 603 904 euros ça non?

Qu'attendez-vous pour prendre votre morceau du gâteau?

Vous n’avez pas d’idée? Faites travailler les autres gratuitement!

Shure Pets, un distributeur de produits pour animaux domestiques, a lancé un concours pour trouver la meilleure invention de produit pour animaux. Bien évidement, le produit gagnant sera vendu par Shure Pets et mis en évidence dans les catalogues et présentations de la compagnie. Le prix vient avec un contrat d’exclusivité pour la vente du produit de 24 mois… C’est une manière économique d'augmenter la recherche et développement tout en coupant le budget. Il ne suffit que de faire travailler les inventeurs en herbe tout à fait gratuitement en leur faisant mirroiter le succès!

28 août 2006

Lancement de Blogues-Québec

C'est aujourd'hui le lancement officiel de de Blogues-Québec. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un répertoire des blogues québécois. Il compte maintenant plus de 120 blogues et ce nombre continue à grossir.

Bonne chance dans ce projet à Jonathan!

Est-ce qu’un blogue d’entreprise rapporte?

Ça fait maintenant 6 mois que je blogue. 6 mois que je dis plein de trucs par rapport au e-commerce, web, techno en général. J’ai écrit des billets pas trop intéressants et plusieurs articles assez intéressants si je me fie aux statistiques de ce blogue.

En 6 mois, je suis devenu millionnaire seulement à écrire 3-4 billets par semaine. Bien non, ce n’est pas vrai. J’écris ce mot seulement pour sortir dans les résultats de recherche! Alors bien que pas encore millionnaire, ce blogue m’a amené beaucoup de bénéfices non marginaux.

Premièrement, lorsqu’on lance un blogue, on est devant un page vide. Zéro trafic, zéro visiteur. Ça peut être démotivant si l’on se compare à des blogues comme Michel Leblanc qui a plus de 1000 visiteurs par semaine. Mais bon, armé de volonté et de positif, il faut bien se lancer. Après tout, Rome ne s’est pas construit en 2 jours. Je savais donc que c’était un objectif à long terme.

Les premières semaines ont été pour placer mon blogue, c'est-à-dire pour définir mon identité. Qui est Stéphane Guérin et de quoi parle-t-il? J’ai choisi de me consacrer particulièrement au e-commerce. Surtout parce que c’est mon champ de compétence, mais aussi parce que je veux faire profiter de mes humbles connaissances à d’autres et parce que je veux créer des liens avec d’autres spécialistes dans ce domaine.

Ça n’a pas été facile et souvent j’avais le syndrome de la page blanche. Il me faut fouiller à tous les jours pour m’inspirer. Écrire me force à être au devant de l’actualité dans le monde du e-commerce. Ça me force à réfléchir sur ce qui fonctionne ou non. Je veux être un pro du domaine alors je dois être crédible et donc m’informer. Un blogue nous force à le faire.

Pour quelqu’un qui a été habitué à des audiences de centaines de milliers de visiteurs par mois à l’époque de Webd et 4adate, se contenter de 50 visiteurs par semaine est un peu difficile à prendre. Mais après y avoir bien réfléchi, c’est mieux de même. Ces visiteurs sont des personnes intéressés par mes sujets, donc sur le commerce électronique. En échangeant, je crée des contacts pertinents dans mon domaine, donc des clients ou des partenaires pour mes futurs projets d’affaires. Je peux leur consacrer un temps de qualité, ce qui serait impossible si j’avais 10 000 visiteurs par semaine.

Ma notoriété et ma crédibilité se construisent donc de jour en jour. Le seul ingrédient magique est le temps. Aujourd’hui, on veut tout avoir très vite. Et on se décourage facilement. Je n’ai pas tombé dans ces pièges et je me suis fixé un objectif de 6 mois avant de constater un succès ou un échec.

Alors le bilan de tout ça après 6 mois? 25 000 visiteurs uniques sont passés par ici. 25 000 personnes qui ont déjà lu le nom Stéphane Guérin, incroyable non? Bon, je ne suis pas encore un Loïc Lemeur ou un Éric Dupin, mais quand même, je suis fier du chemin parcouru jusqu'à présent.

Un bon pourcentage, au moins 30%, sont des fidèles. J’ai créé des liens avec plusieurs personnes. Je suis cité par plusieurs blogueurs. Pensez-y, être cité est une marque que son travail vaut quelque chose. On me demande conseil et on me propose des projets d’affaires. Tout ceci faisait parti de mes rêves que je croyais irréalisables. Pourtant, avec du recul, je trouve ça assez facile! Dire que j’ai douté de moi…

Monétairement parlant, je n’ai fait que quelques pesos avec AdSense. Mais là où je trouve que c’est payant, c’est au niveau de la notoriété acquise. Ce blogue me sert de levier pour mon prochain projet. J’avais le choix de partir de rien ou bien de partir avec une clientèle déjà établie. J’ai donc prévu longtemps à l’avance l’arrivée de mon nouveau projet en bloguant quelques fois par semaine. Voyez ça comme si j’avais mis en banque 6 mois de promotion. Ces 6 mois me serviront beaucoup lors du lancement de mon projet.

Grâce à mes nouveaux contacts, au contenu référencé par les outils de recherches, à ceux qui lisent mon blogue, mon nouveau projet profitera d’une visibilité autrement impossible à avoir gratuitement. Bien sûr, ce n’est pas un impact démesuré, mais il sera suffisant pour donner un coup de pied au projet.

Si ce blogue peut me permettre d’aller chercher 10 clients, ce sont 10 clients qu’autrement il m’aurait coûté cher de recruter.

Au lancement de mon nouveau projet, je mettrai également en ligne mon nouveau blogue. Un nouveau look, un truc plus professionnel que Blogger…

Bref, si on me demande qu’est-ce qu’un blogue rapporte : à court terme, rien. À long terme beaucoup. Avec un blogue d’entreprise, on peut passer d’inconnu à connu en 6 mois. Imaginez ce que ce sera dans 1 an, 2 ans ou 3! On me trouvera bon de bloguer depuis 3 ans… pourtant, j’ai commencé à zéro en écrivant un billet, puis un autre et un autre.

Je continue donc sur ma lancée et je vais bloguer certainement pour un autre 6 mois. J’espère que je saurai être intéressant et m’améliorer pour devenir un meilleur blogueur! Qui sait où ça peut me mener? Je ne sais pas pour vous, mais moi, je veux le savoir!

25 août 2006

Podcast: Cliniquement Chill - épisode 18

L'épisode 18 du Clin'Chill est en ligne! Cette fois, nous étions sur la « Gros Cochon », une bière de micro brasserie Québécoise. Mais comme d'habitude, nous avons pondu un autre très bon show!

Cette semaine au menu:

Cette semaine le top nuouz n’étant pas à son plus fort. il fallait être fort pour trouver autre chose pour vous divertir! Heureusement, l’actualité était de notre côté. Le magazine Fortune nous a pondu une info publicité sur les digg like afin de favoriser le nouveau Netscape. Nous n’allions pas laisser une telle bourde passer pour tout l’or du monde!

Chris vous explique par la suite comment tourner de l’information en profit. Simple, non très complexe mais ça offre énormément de potentiel pour les sites Internet à haut trafic. Par la suite, c’est business as usual nous vous offrons une bonne revue du Web avec : ISS est vendue pour 1.3 MM$, est-ce trop peu? YouTube fait payer pour le placement de produit. Plenty of fish millionnaire avec Adsense et finalement le concours le Podcasts d’or ou nous avons porté notre candidature.

Écouter le podcast

24 août 2006

Devenir millionaire avec AdSense?

Une faute dans le titre à causé une erreur dans le lien. Mes excuses!

L'article est ici:

http://nuouz.blogspot.com/2006/08/devenir-millionnaire-avec-adsense.html

Devenir millionnaire avec AdSense?

Si l’on en croit ce chèque, c’est possible, apparemment. Maintenant, revenons sur terre et regardons ceci de plus près. Ce chèque est au nom de Markus Frind, le fondateur de Plenty Of Fish, un site de rencontres entièrement gratuit. Si l’on en croit Alexa, ce site est bien évidemment populaire.

Comment peut-on devenir millionnaire avec un site de rencontres? Une idée qui est pourtant aussi vielle que Internet lui-même et dont on n’a qu’à frapper sur une poubelle pour faire sortir 20 sites concurrents… Comme il le dit dans cet interview, comme Google n’a pas inventé la recherche, Google l’a défini et créé le premier véritable outil de recherche. M. Frind a donc créé le premier véritable site de rencontres gratuit (NDLR : mon site 4adate.net était 100% gratuit en 1998 ;-) ). Il fait donc compétition à de grandes corporations avec des dizaines d’employés comme Match.com, tout seul dans son salon… à travailler quelques heures par jour. Qui ne rêve pas de ça?

Le site Plenty Of Fish n’est pas très beau, ni web 2.0, ni vraiment différent des autres. Quel est son secret alors? Rien de bien magique… Une page d’accueil simple, du contenu dynamique, une navigation rapide, une utilisation peu compliquée, pas d’irritants… et un service gratuit! Facile n’est-ce pas? Pourtant, plusieurs se cassent les dents à essayer.

Évidement, sans masse critique, ça ne fonctionne pas. Il a réussi à faire un truc viral sans grand moyen. Le genre de truc qu’on réussit une fois dans sa vie sans réellement savoir pourquoi ça a fonctionné! De plus, le marché anglophone étant de ce qu’il est, c’est plus facile de réussir que dans le marché francophone. Je dis ça, mais pensons aussi qu’il y a plus de concurrents également.

Son meilleur moyen de réussir a été de ne PAS dépenser une tonne de fric. Considérant qu’il en coûte grosso modo 6$ pour chaque membre gratuit inscrit, que la majorité ne vienne qu’une fois et que les membres actifs ne restent pas plus d’un mois, dépenser une tonne de pesos aurait été comme jeter de l’argent par les fenêtres. Au contraire, offrir un service gratuit qui plait au monde et qui fera le tour par le bouche à oreille. Simple, efficace et très bon marché!

Bref, si l’on prend les ingrédients magiques, on retrouve une idée, un aspect distinctif de la compétition, un soupçon de chance (le « bonne place au bon moment ») et la volonté de le réaliser. Le dernier aspect semble idiot, mais pourtant, on ne bâtit pas un succès en 2 jours. Ça prend du temps, des efforts et beaucoup de persévérance!

Sinon, pour devenir millionnaire avec AdSense, vous pouvez suivre les secrets des gourous qui ont réussit. Vous savez, ceux qui vous vendent des livres dispendieux, des sections payantes sur leurs sites web, leurs histoires de succès, etc. Tout ça en ne faisant rien! Simplement faire un blogue, ne pas s’en occuper et vous deviendrez riches en quelques heures… Vous aurez compris le sarcasme ici bien sûr…

23 août 2006

ISS est vendue pour 1.3 MM$, est-ce trop peu?

Internet Security Systems inc (ISS) sera vendue à IBM pour 1.3 MM$ en argent comptant si les actionnaires acceptent la vente. ISS est une compagnie de sécurité qui fait la surveillance et l’analyse de réseaux d’entreprises pour réduire les risques de sécurité et le vol d’information.

Si l’on regarde les chiffres, ISS a été fondée en 1994 et a 11 000 clients incluant 17 des plus grandes banques mondiales. La compagnie a fait un bénéfice de 38 M$ l’année dernière sur des revenus de 330 M$. Elle s’attend à des revenus de 350 M$ cette année.

Où est-ce que je veux en venir avec ça? Tout simplement pour comparer, je pense à MySpace qui a été vendue à 580 M$ et FaceBook qui demandait 2 MM$ à Viacom pour vendre. Ou encore tous les investissements de plusieurs millions effectués dernièrement dans des sites similaires.

Plusieurs ont beau dire qu’il n’y a pas de bulle web 2.0, mais tout de même, ces chiffres me renversent. Une compagnie établie depuis plus de 10 ans, profitable, reconnue avec une énorme banque de clients qui rapportent vaut autant qu’une startup vieille de quelques mois qui génèrent peu de revenus, mais surtout peu ou pas de profits?

Ainsi, ISS ne devrait-elle pas se vendre 10 fois plus? Non, bien sûr car c’est la valeur qu’elle vaut. Cette valeur est d’ailleurs établie par le marché puisque ISS est une société côté en bourse. L’acquisition de ISS n’est pas un pari très risqué. Il y a peu de chances qu’une entreprise avec un tel historique puisse tomber du jour au lendemain parce qu’un nouveau venu offre un truc à la saveur du jour.

Ce n’est évidement pas le cas des sites web 2.0. Bien qu’on ne puisse pas nier leur popularité aujourd’hui, ces sites ont tout de même un modèle d’affaires basé sur la publicité, qui comme on l’a déjà vu, est un monde très volatile. Ces sites deviennent populaires en moins de quelques mois et on n’a aucune idée de ce que ça peut représenter à long terme. Bon nombre d’exemples pouvant être étudiés à long terme sont aujourd’hui… fermés! Pour le prix payé, j’estimerais ces placements très risqués!

Quel est l’élément tangible qui fait en sorte que MySpace vaut presque autant que ISS? Pourquoi Facebook estime-t-elle qu’elle vaille plus que ISS? On regarde toujours le potentiel certes, mais le potentiel, c’est du vent non? Autrement dit, j’ai le potentiel de valoir des milliards, mais vais-je le valoir un jour? Qui veut prendre la chance d’investir sur ma petite personne 500 M$?

Bref, je comprends que les américains parient gros pour rapporter gros. C’est peut-être le goût du risque qui n’est pas aussi pointu chez moi, mais j’hésiterais vraiment à payer autant pour des entreprises qui ont autant d’éléments incertains à long terme.

YouTube fait payer pour le placement

Depuis mardi, YouTube offre le placement de vidéo. Ainsi, en payant, vous pouvez obtenir un spot très bien placé sur le site qui attire 16 M de visiteurs par mois. Jusqu'à cette date, la publicité sur YouTube était principalement des bannières, liens textes et commandites, incluant des promotions de séries télé de NBC.

YouTube qui n'est pas encore profitable, mais ces nouvelles annonces vidéos pourraient l'aider à générer des profits. La compagnie a jusqu'à maintenant résisté d'inclure des pubs, au début ou à la fin, dans les vidéos soumis.

Le marché du vidéo en ligne sera de 1.7 MM$ en 2010 selon la firme de recherche IDC.

N'importe quoi...

Un autre type de spam vient d'arriver. Cette fois, c'est une jolie fille qui dit avoir vu notre photo sur le net et comme elle va visiter notre pays bientôt, alors elle aimerait nous rencontrer.

Ça sent l'arnaque à plein nez évidement. Tout ceci à pour but d'obtenir des adresses email valides si vous répondez à ce message.

Je me demande encore comment fait-on pour tomber dans telle arnaque. Pourtant, à l'échelle planétaire, il y en aura beaucoup...

18 août 2006

Podcast: Cliniquement Chill - épisode 17

Voilà un autre bon show fait par vos chilleurs préférés! C'est le 17e et le 2e de la nouvelle saison.

Cette semaine au menu:

Le top nuouz est long cette semaine, il y a de la désinformation qui a fait la une, une batterie rechargée en quelques secondes, Webdépart pas au 2.0, Google plus présent au Canada et plus encore.

Le site Internet Time.com à publié son top 50 de l’année et nous dresse la liste des 25 incontournables des dernières années. Mes billets de la semaine ensuite, pour terminer avec la copie pour adultes de Youtube, PornoTube!

Écouter le podcast

17 août 2006

E-commerce : Comment rater une vente

Et bien, ça me surprend toujours de contacter une entreprise via son formulaire de contact en ligne et de constater les défaillances tellement simples à régler…

Je magasinais en ligne pour un hébergement de serveur. Je regarde le site du fournisseur Internet Mega Québec qui offrait des services pouvant convenir à mes besoins. Comme il manquait de l’information par rapport à l’hébergement (il y aurait dû avoir plus de détails à mon avis…) je décide de contacter leur service des ventes.

Étant un type Internet dur, je déteste laisser mon numéro de téléphone alors que le contact peut se faire par email. D’ailleurs, aucun champ n’était indiqué comme obligatoire. Pas de problème à l’horizon alors!

Je remplis donc le formulaire, détaille mes questions et clique sur « envoyer ». Ciel! Une erreur! Le numéro de téléphone est obligatoire apparemment… Je clique donc sur « Back » et horreur, tout mon message a disparu. Le formulaire est réinitialisé.

Nul besoin de dire que j’étais en @#?%. En temps normal, je quitte tout simplement le site, frustré. Mais là, j’ai décidé de leur écrire pour leur exprimer ma frustration face à un élément aussi irritant qui ne devrait pas être sur un site de e-commerce.

J’attends donc leur réponse pour évaluer la qualité de leur service. Disons qu’ils partent avec une mauvaise impression. Voyons voir s’ils s’auront se racheter ou s’ils perdront une vente qui aurait été faite sans gros effort.

Morale de l’histoire : Vérifiez tous les moyens de vous contacter et assurez-vous qu’ils soient simples, fonctionnels, sans irritant et sans erreur! N’oubliez pas que 95% des internautes ne feront pas l’effort de faire un clic de trop. Surtout s’il y a des services concurrents qui sont sans irritant!

16 août 2006

Comment ne pas réussir un site web 2.0

Votre site est prêt à être mis en ligne et vous rêvez de devenir le prochain YouTube, Digg ou même Google? Prenez le temps de lire ce petit article pour vérifier si vous êtes dans le droit chemin… de ne pas réussir!

En gros, ça dit, de manière un peu sarcastique, les principales erreurs à éviter. Par exemple, demander aux utilisateurs de s’enregistrer. En effet, comme 95% du monde ne sont pas intéressés à s’inscrire pour participer, surtout si c’est pour un simple vote, votre communauté risque d'avoir de la difficulté à grossir…

Intéressant et amusant à lire!

Firefox : Origines extra-terrestres?


C'était évident: FireFox ne vient pas d'ici. Ce sont des programmeurs d'un monde lointain qui l'ont développé. Ce « crop circle » en est la preuve!

15 août 2006

Connaissez-vous des entreprises web?

Je suis présentement à la recherche d'entreprises web qui réussissent. Que ce soit des petites boites de sous-sol ou des PME bien établies, je serais curieux de les connaitre et d'écrire à leur sujet. De détailler leur modèles d'affaires et leur recette gagnante. Le seul critère est que l'entreprise doit être presqu'exclusivement sur le Web.

Tant qu'à passer ma journée à chercher sur Google, aussi bien profiter du savoir collectif! Si vous en connaissez, faites moi le savoir.

14 août 2006

Google ne veut pas du verbe « To Google ».

Apparament que Google n’aime pas que son nom soit utilisé comme mot générique décrivant l’action de faire une recherche sur Google. Par exemple, « I googled Britney Spears ».

D’après un article du Washington Post, Google leur a envoyé une lettre d’avocats adressée à la main par courrier ordinaire expliquant comment utiliser le mot Google. Par exemple :

" Appropriate: He ego-surfs on the Google search engine to see if he's listed in the results.
Inappropriate: He googles himself."

" Appropriate: I ran a Google search to check out that guy from the party.
Inappropriate: I googled that hottie."


Pour Google, utiliser son nom comme verbe aura un impact sur sa marque de commerce comme l’ont pu avoir des marques utilisés dans le langage courant comme Frigidaire, Kleenex, Frisbee, Palm, Ski-Doo, etc. Ceci a donc pour but de protéger le nom Google et de forcer les journalistes à l’utiliser correctement.

Je crois que ça prendra plus que quelques mises en demeures à des journalistes pour enrayer l’utilisation de Google comme verbe. En effet, cet outil de recherche est utilisé par des millions de personnes et ce mot est déjà utilisé couramment, que Google le veuille ou non.

Netvibes: Futur succès ou futur flop?

Netvibes, une société basée à Paris et Londres, a levé 12M euros de financement. C’est donc un gros investissement qui ne fait pas trop pâle figure devant ceux obtenus aux États-Unis. Sur ce point, c’est une heureuse nouvelle de voir des gros projets Européens, francophones en plus, aller chercher autant d’argent pour son développement.

Qu’est-ce que Netvibes au fait? C’est une page personnalisable où un internaute place son contenu préféré. Par exemple, des fils RSS, la météo, etc. Cette page faite en AJAX est simple d’utilisation et très bien construite en ce sens où l’on peut tout déplacer comme sur un bureau de travail. Le site web aurait donc 5M d’utilisateurs, ce qui est tout de même remarquable. Avec une telle masse critique, on peut imaginer les partenariats et ventes de publicités payantes.

Par contre, j’ai de la misère à bien comprendre l’utilité d’un tel site. C’est bien amusant et on peut avoir du plaisir à personnaliser sa propre page d’accueil, mais je n’arrive pas à accrocher au concept et l’utiliser sur une base régulière. Je ne suis peut-être pas l’utilisateur type d’un tel système après tout.

Néanmoins, je me demande, comme pour tous les investissements dans le web 2.0, comment ils rentabiliseront un tel site. Bien sûr, 12M, ce n’est pas comme les 580 M$ payés pour MySpace. Tout de même, c’est beaucoup d’argent pour un site web, surtout dans un marché concurrentiel où de gros joueurs y vont à coups de millions pour faire leur place. Le secteur est déjà composé d’acteurs comme Live.com, PageFlakes et Yahoo et d’autres.

Mais mon plus gros problème, c’est au niveau de la difficulté de concurrencer un tel site. On comprend que de construire un système de page d’accueil personnalisée n’est pas compliqué. Un bon programmeur dans son sous-sol peut faire un Netvibes en peu de temps. Bon, vous me direz que Netvibes a plus de 10 heures de développement, j’en conviens, mais admettez que ce n’est pas très complexe en soi! Des grosses compagnies Internet peuvent donc décider d’entrer sur le marché avec leur propre Netvibes et casser la compétition à coup de publicité.

J’ai vraiment l’impression que dans ce domaine, les succès vont et viennent dans le temps de le dire. Peut-être est-ce être du pessimisme, mais je suis sceptique quant au long terme de ces entreprises. Internet étant ce qu’il est avec ses sites minutes, un jour c’est tel qui est le leader, l’autre jour c’est Joe Bloe dans son sous-sol qui lance un autre site plus original qui fera fermer le premier. D’ailleurs, j’espère qu’avec leur 12M, Netvibes en garde une partie pour acheter le domaine Netvibe.com. Le « s » doit dévier beaucoup de trafic!

Bref, je ne dis pas qu’il n’y a pas d’avenir pour ces sites, au contraire le nombre d’utilisateur le démontre bien, mais je me questionne sur le modèle à long terme. J’ai bien hâte de voir comment ses sociétés, Netvibes, MySpace, FaceBook et compagnie seront dans 5 ou 10 ans. Si elles sont encore là… Rappellez-vous Geocities à l’époque. C’était LA référence pour la page web personnelles acheter à coups de gros dollars par Yahoo!… Qui utilise encore ça aujourd’hui?

11 août 2006

Podcast: Cliniquement Chill - épisode 16

Les vacances sont finies. Vos chilleurs par exellence Steph'n Chris sont de retour!

Cette semaine nous vous offrons un petit tour d’actualité de ce qui s’est passé cette été accompagné de mes dernier éditoriaux. L'ambiance est très relaxe et j'ai la bouche pleine de pop corn la majorité du temps. On est encore sur le beat des vacances, qui peut nous en vouloir?

Écouter le podcast

10 août 2006

eBay: 100 000$ pour 2% des futurs revenus à vie!

On a vu plusieurs types vendre n'importe quoi sur eBay. En voici un nouveau qui vend 2% des revenus futurs en échange de 100 000$ pour payer ses études.

Est-ce payant? Faisons le calcul.

Je paie 100 000$ pour le type au lieu de placer ce même 100 000$ pendant disons 30 ans à un taux conservateur de 8% composé mensuellement. Ça nous donne la rondelette somme de 1 093 572,97$.

Il dit qu'il prévoit gagner 30 millions dans sa vie. Allons-y de manière plus conservatrice. Supposons donc que le gars gagne 40 000$ en sortant de l'école. Il ne dit pas si c'est avant ou après impôts. Supposons donc que c'est après impôt, ce qui me semble logique. Celui-ci aura de généreuses augmentations de 6% à chaque année pendant 30 ans. Ce qui lui fera un salaire de 216 735$ dans 30 ans. Bien sûr, pour simplifier, je ne compte pas l'augmentation du coût de la vie.

Si mes calculs sont bons, il aura donc gagné 3 162 327.45$ avant impôts, donc 1 897 396.47$ après impôts. Au total, le 2% aura rapporté 63 246$ en 30 ans selon ce scénario.

Morale de l'histoire: Comme le gars veut étudier dans le domaine de la télé et de la radio, souhaitons qu'il devienne un Howard Stern car sinon ça ne sera pas un placement très payant. C'est probablement préférable de placer notre 100 000$ et le laisser dormir.

Goggles : Google Maps Flight Simulator

Il fallait y penser. Avec toutes les applications qui dérivées de Google Maps, en voilà une très originale quoique l’idée est vieille comme l’informatique : Goggles Flight Sim, un simulateur de vol!

C’est un jeu en Flash dans lequel nous pilotons un biplan de la première guerre. On peut donc se promener dans les villes au dessus des images de Google Maps que nous connaissons. Le truc amusant? On peut faire feu en appuyant sur « espace » donc on peut détruire sa propre maison ou celle de son voisin.

Totalement inutile, mais suffisamment amusant pour nous faire sourir et en parler à ses collègues de bureau. Je gagerais que plusieurs perdront de précieuses minutes à trouver et bombarder les maisons de leurs patrons.

Pour le créateur Mark Caswell-Daniels, il s’agira sans doute d’une création qui le fera connaître partout sur la planète. Un succès qui durera quelques jours. Le temps que des millions de personnes aillent voir le site, s’amusent et finissent par cliquer sur les pubs Google… cheching!

09 août 2006

Bebo.com bientôt milliardaire?

Bebo.com, un autre site de réseautage social (social networking) serait sur le point d’être vendue à Viacom. Bebo est un peu moins connu aux Etats-Unis que MySpace ou FaceBook, mais est très populaires dans les autres pays anglophones tels que l’Irlande, l’Angleterre et l’Australie.

Des rumeurs mettent le prix de Bebo à 1 milliard US$. Ce qui va dans le sens de MySpace vendue pour 580 M$ et l’offre fait pour FaceBook à 750 M$, bien que leurs fondateurs en demandaient 2 milliards.

Apparemment que le fondateur ne cherche pas à vendre. Je crois qu’il y réfléchira un peu si on lui offre 1 milliard de dollars!

Encore une fois, je crois que c’est beaucoup trop d’argent pour un tel produit. Bien que ce soit populaire, les revenus de ce type de site sont faibles par rapport au prix d’achat. Mais bon, les américains ont l’habitude de ne pas jouer pour des « peanuts » alors aussi bien risquer gros pour espérer rapporter gros!

Via: Financial Times

07 août 2006

La virgule à 2 millions de dollars

Non, ce n’est pas une nouvelle version du fameux site « The Million Dollar Home Page ». C’est ce que ça coûte à Rogers Communications, une des grandes compagnies de télécommunications canadiennes, pour avoir mis une virgule de trop dans un contrat avec Aliant Inc.

Le contrat était pour une durée de 5 ans et se renouvelait automatiquement pour un autre 5 ans. Le contrat est d’au moins 5 ans et ne peut être ensuite annulé que si on envoit un avis écrit un an à l’avance. Du moins, c’est ce que Rogers croyait.

Aliant a interprété la phrase différemment et annule donc le contrat qui protégeait Rogers de la hausse des coûts. Avec cette erreur, Rogers devra donc payer 2M $ supplémentaires.

La phrase en question se lit ainsi : The agreement shall continue in force for a period of five years from the date it is made, and thereafter for successive five year terms, unless and until terminated by one year prior notice in writing by either party.

Du point de vue de Aliant, le contrat peut être annulé n’importe quand en autant qu’on donne un avis écrit de 1 an.

Il y a donc eu un combat de grammaire à savoir comment interpréter la deuxième virgule. La présence de cette virgule fait en sorte que la condition d’annulation s’applique autant aux premiers 5 ans qu’aux 5 ans subséquents.

Rogers à bien évidemment dénoncé cette interprétation prétextant qu’elle n’aurait jamais signé une telle entente autrement. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) ne voit pas cette virgule ainsi et donne raison à Aliant.

On peut sûrement penser que la prochaine fois Rogers fera très attention aux virgules …

03 août 2006

Je veux être un millionnaire paresseux

Hé oui, c’est tout à fait moi ça. Je suis né pour être un millionnaire paresseux, c’est écrit dans le ciel. C’est ma destinée. Il ne me manque que le qualificatif « millionnaire » car je possède déjà l’autre.

De quoi je parle exactement? De l’excellent livre que j’ai commencé à lire hier et qui s’intitule, vous l’aurez devinez, « Le Millionnaire paresseux ». Le titre, qui n’est peut-être pas très accrocheur pour de nombreuses personnes, l’est pour moi.

En effet, je rêve, comme bien du monde, d’être indépendant financièrement de sorte que je pourrai faire ce que je veux quand je le veux. Travailler comme bon nous semble, par plaisir et non par nécessité. N’est-ce pas la vie rêvée? Ça l’est pour moi et c’est possible.

Ce livre nous raconte donc la philosophie de vie à avoir pour y arriver. Évidement, ce n’est pas une recette miracle, mais simplement de changer quelques comportements. Bref, travailler plus intelligemment, donc moins tout en obtenant plus. Facile non? Et bien non, ce ne l’est pas tant que ça. Sinon, tout le monde serait millionnaire paresseux.

Mais qu’est-ce qu’un millionnaire paresseux au fait? Ce n’est pas quelqu’un qui va se tuer à l’ouvrage 80h par semaine. Ce n’est pas quelqu’un qui aura une maison au dessus de ses moyens. Bien souvent, sa maison sera bien ordinaire. Ce n’est pas quelqu’un qui dépense inutilement, mais plutôt quelqu’un qui réfléchi avant de dépenser. Il ne vient pas d’une famille riche, n’a pas un talent à la Tiger Woods et n’est pas ultra éduqué. Par-dessus tout, c’est quelqu’un qui veut profiter de la vie, avoir du plaisir et cherche des moyens pour se débarrasser des chaînes du travail. Il a des rêves et des objectifs et travaille en conséquence. Finalement, bien souvent, le millionnaire paresseux est quelqu’un qui veut travailler pour lui-même, et non travailler à enrichir quelqu’un d’autre.

Lire ce livre est donc très inspirant et motivant. Il peut faire réaliser que vous êtes fait pour ça ou au contraire, que vous n’êtes mieux de ne pas prendre trop de risque. Entre autre, il explique comment il a transformé 30 000$ en 3 000 000 en quelques années. Ce n’est rien de magique. Mais au lieu d’acheter une auto à 30 000$ qui ne lui rapporte rien, sa femme lui a conseillé de plutôt faire travailler son argent pour lui… Ça peut être payant d’écouter sa femme des fois. Surtout si elle sait compter!

Nul besoin d’être Bill Gates pour devenir riche. D’ailleurs, le millionnaire paresseux ne veut pas avoir tous ses milliards et les contraintes qui vont avec. Habituellement, le millionnaire paresseux se « contente » de 1 à 10 millions de dollars. Un million parce que ça en prend au moins un pour être millionnaire et 10 parce que c’est suffisant pour vous donner une bonne rente jusqu’à la fin de vos jours. En effet, placé à un petit 6% annuellement, ça fait quand même 600 000$... sans compter les intérêts composés et tout le tralala. Pas mal non? Pas de quoi s’acheter 8 Ferrari, mais disons qu’il y a pire.

Personnellement, je sais que je suis sur la bonne voie et que ça viendra tôt ou tard. On ne devient pas millionnaire en 2 jours. Rarement en 2 ans. Ça prend 10-15-20 40 ans! J’ai commencé à 17 ans à faire mon bonhomme de chemin pour être à mon compte, même que je rêvais d’être mon propre patron dès mon enfance. Ça fait donc 12 ans. Depuis 6 ans, je travaille quand je le veux où je le veux. Bien sûr, je ne suis pas riche (pas encore!) et je fais des sacrifices. Mais j’ai travaillé et je travaille encore à mon compte tout en poursuivant mes études universitaires. Je travaille 20-30 heures par semaine, je fais des sorties de quelques heures en vélo, fait des siestes quand j’en ai envie…

Mais où je prends tout mon pognon pour vivre? De la chance, de l’ingéniosité, de la débrouillardise, beaucoup de volonté et du rêve… être à la bonne place au bon moment. La vente de mes sites web en 2000 me permet ce train de vie. Mais attention, je ne roule pas sur l’or. Je n’ai pas une auto neuve de l’année ni une maison à 10 étages. Mon auto à 6 ans, je vis dans un appartement, je ne vais pas au resto 5 fois par semaine et je ne m’achète pas des chemises à 150$. C’est ce genre de choix qu’il faut faire pour atteindre son objectif d’être un jeune retraité millionnaire à 40 ans! Encore 2-3 autres projets qui se vendront bien et voilà, je serai en vacances pour un bon moment. Mon prochain projet sortira bientôt justement…

Pour en revenir au livre, la 2e partie s’intitule… « L’art d’être toujours en vacances »! N’est-ce pas la suite logique après être devenu millionnaire paresseux? Je n’ai pas encore lu cette partie, mais je crois que je vais l’aimer!

En conclusion, c’est un livre qui se lit très bien en quelques heures. Tout simplement un must pour celui qui rêve de prendre une retraite plus tôt que prévu ou de changer de patron pour ne plus jamais en avoir.