28 juin 2006

L’Open Source : une affaire d’égoïstes?

Voilà une déclaration incendiaire qui risque de choquer les esprits socialistes qui ne jurent que par l’Open Source (OS)! C’est ce qu’a évoqué Simon Phipps, directeur de l’OS chez Sun, dans un article de News.com en disant que l'OS est une question d’intérêts personnels. Ainsi, il prétend que pour que l’OS prospère, le monde doit cesser de le voir comme étant gratuit, mais plutôt comme du capitalisme en réseau. Capitalisme et OS, deux mots qui, mis ensemble, donnent souvent des flammèches!

Entre autre, il dit que la communauté à trop longtemps focuser sur le partage du code et devrait maintenant se tourner vers l’enrichissement des intérêts communs. L’OS devrait donc tirer leçon du capitalisme et des capitalistes. Donc au lieu de voir ça comme étant du bénévolat, il faut voir ça comme agir dans ses propres intérêts.

Je pense que M. Phipps a raison et ceci risque d’en choquer plusieurs. Qu’on le veuille ou non, il n’y a rien de gratuit dans la vie et tout à un coût, même l’OS. Dans une logique économique, si l’on veut grandir, s’épanouir et s’enrichir, il faut penser en conséquence. Il y a donc moyen de développer des modèles d’affaires respectant les principes de l’OS tout en créant de la richesse.

D’ailleurs, ce n’est pas nouveau que des entreprises supportant des produits OS font de l’argent. Ces modèles d’affaires sont habituellement développés autour du service technique payant, de la documentation à acheter, etc. Qu’on le veuille ou non, ces entreprises doivent générer des revenus d’une façon ou d’une autre, n’en déplaise aux anti-Microsoft de ce monde!

6 Comments:

At 6/28/2006 01:54:00 p.m., Anonymous Gabriel said...

Personnellement, je crois que c'est une grande erreur. Le logiciel libre est plus qu'un simple modèle d'affaire ... Il s'agit d'une démonstration de la possibilité d'un certain partage du savoir et de la connaissance à travers ce cerveau global que deviendra internet.

Je crois sincèrement que mettre des bâtons dans les roues du logiciel libre c'est en quelque sorte saboter notre propre évolution en tant qu'espèce.

Oui je sais, je vais loin ... Mais c'est réel ;-)

 
At 6/28/2006 02:42:00 p.m., Blogger Stéphane said...

Mais que faire pour supporter les coûts du produits? Seulement les dons et les fondations?

 
At 6/29/2006 10:46:00 a.m., Anonymous Jonathan said...

Wow. j'en connais qui vont "freaker" en lisant ton article Stéphane. Je leur envoie ton adresse... :-)

 
At 6/30/2006 10:17:00 a.m., Blogger Christian Pouliot said...

Je crois sincèrement qu'il y a un avenir pour l'open source commerciale.

Pourquoi pas! Après tout, s'il y a un partage des connaissances au niveau d'un projet, pourquoi ne pas l'offrir sur une base commerciale traditionnelle. Au lieu d'enrichir des actionnaires nous pourrions enrichir des participants!

De toute façon, Stéphane a raison sur un point, même en mode open source il y a des dépenses... des coûts de produits et des coûts de support. Il faut donc un moyen de faire quelques $ pour supporter le tout.

Et quoi que vous en disiez, c'est toujours plaisant d'obtenir quelques $$ pour une participation dans un projet! Il s'agit seulement de trouver le bon niveau de partage des revenues!

 
At 6/30/2006 11:16:00 a.m., Blogger Stéphane said...

Très bien dit!

Je vais fouiller pour faire un édito sur les différents modèles d'affaires qui utilisent le OS... ça pourrait donner des idées à bien du monde!

 
At 7/02/2006 10:47:00 p.m., Blogger webmink said...

Dana Blankenhorn: How Misunderstood is Open Source Economics?

 

Publier un commentaire

<< Home